À Mauves, La ViaRhôna attire du monde chez Epicuria 

Article mis en ligne par · 5 septembre 2022

Ouvert il y a tout juste un mois à Mauves (07), l’établissement Épicuria propose une offre complète avec une épicerie fine, un rayon primeurs et un espace de restauration. Quelques tables qui répondent aux attentes d’une clientèle locale et de passage avec la célèbre piste cyclable ViaRhôna qui traverse la ville et qui a valu à l’enseigne la labellisation Accueil Vélo. 

Le monde de l’épicerie fine – Comment l’épicerie fine Épicuria est-elle née et pourquoi avez-vous fait le choix de compléter votre offre avec un rayon primeurs et un espace restauration ?

Cristina Ardelean –Ces dernières années, j’étais aux commandes d’une petite agence d’événementiel régionale. Avec les deux ans de pandémie, j’ai dû adapter mon activité et proposer des prestations davantage tournées vers le particulier : goûter d’anniversaire, cocktail, etc. Un jour, alors que je cherchais un lieu pour organiser une réception j’ai comme à mon habitude envoyé un email à mes fournisseurs et la réponse que j’ai reçue de les d’entre eux a attisé ma curiosité. Ce dernier m’a fait part d’un local à reprendre : celui d’une épicerie fine. Je décide alors d’aller le visiter et j’en profite pour découvrir le village de Mauves que je ne connais alors que de nom. J’ai eu un coup de cœur pour les deux, le local et le village, et j’ai décidé de reprendre l’affaire. Les anciens gestionnaires proposaient une offre primeurs que j’ai décidé de conserver car il y a une vraie demande. La jolie vue sur le clocher et sur les collines couvertes de vignes (il y a neuf vignerons rien que dans le village) m’a décidé à aménager une terrasse et à proposer de la petite restauration sur place. 

LMEF – Cristina, vous proposez une gamme composée à 90 % de produits ardéchois ou drômois. Comment avez-vous construit cette offre très locale ? Que représentent les 10 % restants ?

C. A. – C’est une passion pour moi de découvrir des produits, des recettes… Je suis bénévole depuis des années au Valence Gastronomie Festival qui a lieu chaque année. J’y ai fait beaucoup de rencontres – artisans, producteurs, chefs… – et cela m’a beaucoup aidée à constituer ma gamme qui est très majoritairement constituée de produits d’Ardèche et de la Drôme effectivement. J’ai actuellement 300 références environ aussi bien pour le petit-déjeuner, le déjeuner, l’apéritif, le dîner et le goûter bien sûr ! Je propose également une petite cave avec des vins principalement du coin dont plusieurs domaines sont situés dans le village : Pierre et Jérôme Coursodon, Gripa Bernard, Marsanne, Blachon… 

Côté primeurs, je me fournis au maximum chez un producteur local. Sinon je fais appel à un grossiste qui me fournit uniquement en fruits et en légumes français. Il n’y a que mes citrons qui arrivent d’Espagne. Les deux premières semaines, la gestion du rayon primeurs a été un petit casse-tête (rires). Je n’avais effectivement pas pris en compte que mes potentiels clients avaient, pour nombre d’entre eux, un potager dans lequel ils faisaient majoritairement pousser des légumes. À l’ouverture, on m’a beaucoup demandé de fruits et finalement peu de légumes, excepté les salades que tout le monde cherchait. Avec les fortes chaleurs, les plants de salade n’ont quasiment pas donné cette année. Seul hic, je n’ai pas proposé de salades au début car elles sont difficiles à conserver. J’ai dû m’adapter pour répondre à cette forte demande. 

Enfin, je relance courant septembre les paniers de légumes, pratiqués par les anciens gestionnaires, et demandés par les clients. 

Les 10 % restants, ne venant pas d’Ardèche ou de la Drôme, correspondent aux produits difficiles à trouver dans le coin comme les conserves de poisson que je prends chez Groix et Nature, les épices que je trouve chez Épices Shira et certains spiritueux. 

LMEF – Quels produits avez-vous vendus le plus pendant ce premier mois d’ouverture ?

C. A. – Les glaces ! Je commercialise les références d’un artisan glacier du village d’à côté. Je les propose en pot de 500 ml à emporter à la maison et en pot individuel de 140 ml. Ces derniers ont fait carton plein ! Ce qui fonctionne très bien aussi, ce sont les noix pour l’apéritif ou pour les desserts que je propose en vrac : au curry, à la provençale, caramélisées… Les gens adorent ! 

À compter du mois d’octobre, je vais lancer un événement, qui aura lieu un dimanche par mois, sous le nom « le chef du dimanche ».

LMEF – Vous proposez également un petit espace de restauration sur place. Quel en est le principe ?

C. A. –Le principe est simple : tout ce que je présente en rayon peut être dégusté sur place avec boissons chaudes, fraîches ou alcoolisées. Si mes clients souhaitent quelque chose de plus conséquent comme une planche de charcuterie, de fromages ou encore une salade repas, je me fournis sur commande chez le charcutier traiteur et fromager du village. Nous sommes un village de 1200 habitants. J’ai trouvé cela plus logique de travailler en partenariat avec cet artisan du village plutôt que de marcher sur ses plates-bandes. Ça fonctionne très bien pour le moment. À compter du mois d’octobre, je vais lancer un événement, qui aura lieu un dimanche par mois, sous le nom « le chef du dimanche ». Le concept est le suivant : chaque mois, un chef viendra préparer un cocktail déjeunatoire avec les produits de la boutique. Il sera accompagné d’un vigneron pour proposer un accord mets et vins. Le dimanche, aucun commerce n’est ouvert dans le village et les habitants sont friands d’animations comme celle-ci pour se réunir et partager. 

LMEF – Parlez-nous du label Accueil vélo. Qu’est-ce que cela signifie exactement et qu’attendez-vous de cette labélisation ?

C. A. –C’est grâce à l’organisme Ardèche Hermitage que j’ai appris l’existence du label Accueil vélo. Nous ne sommes aujourd’hui que six établissements à avoir la labellisation. Pour l’obtenir plusieurs conditions sont obligatoires : avoir des places de parking pour les vélos, proposer un ravitaillement en eau et une trousse de secours pour les petites pannes de vélo, autoriser l’accès aux sanitaires, offrir une restauration sur place et être visible en ligne via un site internet. Grâce à cette labélisation, je vais pouvoir bénéficier du cyclotourisme tout en faisant de belles rencontres. 

Propos recueillis par Laura Margis

Fiche technique 

Date d’ouverture : 02 août 2022 

Nom du gérant : Cristina Ardelean 

Surface de vente : 45 mètres carrés 

Nombre de références : environ 300 références 

Nombre de salariés : 1 

Fiche contact 

Epicuria 

9 place des galets 

07300 Mauves 

Téléphone : 09.83.73.02.41 

Email : Epicuria.e@gmail.com 

Site internet : https://www.epicuriaepiceriecafe.net 

Page Facebook : @Epicuria 

Page Instagram : @epicuria_epicerie_cafe_events 

Restez informés !

Recevez en avant-première toute l’actualité du secteur.