le-monde-de-lepicerie-fine-dandys-dodus-e1663577327652

La conserve en verre française mise à l’honneur 

Chez Dandys Dodus, épicerie fine ouverte en mars dernier à Uzès, on entre pour découvrir les dernières pépites culinaires en bocaux en verre dénichées par Eric Vigné, son fondateur.

Le monde de l’épicerie fine – Éric, vous êtes un ancien parisien qui a fait une grande partie de sa carrière dans la presse magazine, installé aujourd’hui à Uzès dans le Gard et à la tête d’une charmante petite épicerie fine. Racontez-nous comment vous avez opéré ce changement ?

Eric Vigné – Mon compagnon et moi-même partons depuis 10 ans, une semaine par an, à Uzès, ville que l’on a découverte par l’intermédiaire d’un ami et qui nous a totalement séduits. Mon compagnon s’approchant de l’âge de la retraite, nous nous sommes alors posé la question de rester à Paris ou de changer de ville et de vie par la même occasion. J’étais à ce moment-là encore en poste au sein du groupe Lagardère.  

Nous avons pesé le pour et le contre et avons finalement décidé de quitter la capitale pour Uzès avec comme projet pour moi d’ouvrir une petite épicerie fine. J’ai toujours adoré l’univers de la table aussi bien décorativement parlant que culinairement parlant.  

Avec Dandys Dodus, mon souhait est de rendre la cuisine du quotidien plus extraordinaire, plus amusante. Je veux aider mes clients à sortir de leur routine – culinaire – et de leur zone de confort grâce à ma gamme de produits atypiques – principalement des bocaux en verre – remplis de saveurs étonnantes et triés sur le volet. 

LMEF – Pouvez-vous nous présenter votre gamme et nous expliquer comment vous l’avez construite ?

E.V. – Je propose avant tout des converses en verre et françaises et cela pour plusieurs raisons : je les trouve très jolies, leur transparence permet de voir ce qu’il y a à l’intérieur, elles sont selon moi plus appétissantes que certains autres contenants et enfin la date de limite de consommation est longue. Ça facilite beaucoup la gestion pour le commerçant. Je fais tout de même quelques exceptions avec les sardines millésimées La Perle des Dieux ou encore la charcuterie espagnole Bellota-Bellota qui n’est ni française ni vendue en bocal (rires). Sinon pour le reste, je propose une belle offre de références salées avec des huiles (Le Moulin de Maneyrol, Château Calissanne), des vinaigres, des épices (Khla, La Plantation), de nombreuses recettes de tartinables (Les Petits Potins), de la mélasse de grenade et de caroube, des moutardes, des terrines, des crackers…. Beaucoup de produits pour un apéritif réussi que l’on ne voit pas ailleurs. Je mets un point d’honneur à proposer à mes clients des articles qu’ils ne trouvent pas dans les autres épiceries fines de la ville (qui sont au nombre de trois).  

Étant un bec salé, ma gamme sucrée est aujourd’hui très restreinte avec des confitures, des compotes, des crèmes d’amande et cacao ou encore des pralines ou des caramels.  

Qualité ou défaut, je vends mieux ce que j’aime. Il est primordial pour moi d’avoir goûté les produits avant de les commercialiser (j’ai goûté plus de 95 % de ma gamme) et de connaître l’histoire mes producteurs. C’est pour cela d’ailleurs que j’ai réalisé un gros travail de sourcing en allant notamment à la rencontre de plusieurs artisans tels que La ferme de Pimael à Saint-Sornin-Lavolps, Le Moulin de Maneyrol ou encore le Château Calissanne. 

LMEF – À quel rythme faites-vous rentrer de nouveaux produits ? D’ailleurs, allez-vous diversifier votre gamme pour les fêtes de fin d’année ?

E.V. – À compter du mois d’octobre, je proposerai à mes clients davantage de références sucrées. Grâce à ma participation cette année aux Épicures de l’épicerie fine, j’ai pu goûter plusieurs recettes qui m’ont séduit et qui feront partie de ma nouvelle gamme sucrée comme le gâteau nantais, le gaulois ou encore les tuiles aux amandes. 

Je vais bien sûr proposer des références éphémères pour Noël comme des fruits confits, plusieurs produits des Salaisons du Golf, comme des coquilles Saint-Jacques fumées, crevettes fumées, bars fumés et thons rouges fumés, ainsi que du foie gras du Périgord – que je cherche encore d’ailleurs – et que je souhaite vendre sous-vide. 

LMEF – Quelles sont vos meilleures ventes ?

E.V. – Mes trois meilleures ventes sont la mélasse de grenade, l’huile Saint Modeste du Château Calissanne et toute la gamme de tartinables Les Petits Potins d’Amaury Ronceray qui part comme des petits pains ! 

LMEF – Enfin, quels sont vos projets à venir ?

E.V. – Je me suis dernièrement rendu au salon Maison & Objet afin de dénicher quelques ustensiles de cuisine et objets de décoration pour les proposer en magasin. Je pense notamment à des moulins à poivre et à sel que l’on me demande souvent puisque je ne vends que du poivre en grains et du gros sel. Je vais bientôt passer commande chez les fournisseurs que j’ai identifiés dans le but de recevoir les produits pour la fin de l’année. 

Propos recueillis par Laura Margis

Fiche technique 

Date d’ouverture : 08 mars 2022 

Nom du gérant : Eric Vigné 

Surface de vente :  29 mètres carrés 

Nombre de références : 500 références 

Nombre de salariés : 1 




Fiche contact 

Épicerie Dandys Dodus  

11 Rue Pelisserie 

30700 Uzès 

Téléphone : 04 66 81 16 88 

Email : dandysdodus.uzes@orange.fr 

Page Instagram : @ dandys_dodus 

Partager sur :

Facebook
Twitter
LinkedIn

Inscrivez-vous à notre newsletter

En validant ce formulaire, j’accepte que mes données soient réutilisées conformément à notre politique de confidentialité. Pour connaître nos mentions légales, cliquez ici.