“Le Comptoir de Belle île en Mer défend une véritable éthique”

Article mis en ligne par · 25 septembre 2013

En créant, il y a deux ans, une épicerie fine sur les quais du chef-lieu Le Palais, à Belle-Île-en-Mer, Philippe Hamache n’imaginait pas devenir aussi vite l’ambassadeur gourmand de cette destination authentique. « Le Comptoir de Belle Ile en Mer est parti d’une envie de faire, avec quelques amis, quelque chose qui puisse valoriser le patrimoine de Belle-Ile qui est la plus grande île de Bretagne, mais qui n’était pas vraiment identifiée à des produits et encore moins à une marque », raconte Philippe Hamache. En plaçant haut la barre de la qualité, l’ex-publicitaire a donc commencé par imaginer des recettes à partir de produits achetés sur place auprès des pêcheurs, des éleveurs et des maraîchers. A l’image de cette soupe qui comprend 65 % de poisson et surtout pas de glutamate, de colorant et d’OGM. L’idée consistait, dès le départ, à restituer le goût du produit.

De simple boutique, le Comptoir de Belle île en Mer se transforme rapidement en marque forte d’une cinquantaine de produits entre terre et mer. Récompensées au Sial 2012, les rillettes de porc et au fromage de chèvre de Belle-Ile vont contribuer à booster les commandes. « Dans nos rillettes, précise Philippe Hamache, j’utilise du porc fermier et il n’y a pas seulement du gras ou de la poitrine, vous y trouvez aussi de l’épaule.

“Nos sardines sont bretonnes et fraîches, pêchées au cœur de la saison.”

C’est important de le souligner, commente-t-il, car c’est sur ce point précis que des produits de l’épicerie fine comme les nôtres doivent faire la différence. Il faut lire les étiquettes ! Nos sardines, poursuit-il, sont bretonnes et fraîches, elles sont pêchées et sélectionnées au cœur de la saison et ne sont pas travaillées congelées. » Militant ? Ce chef d’entreprise qui rêve de faire « les meilleurs produits du monde le plus simplement du monde » ne dément pas et jure qu’il préfèrera toujours répondre qu’il est en rupture de stock plutôt que de faire des acrobaties. Dans cette même logique, Le Comptoir de Belle Ile en Mer utilise du papier recyclé pour ses packagings qui jouent aussi la carte de l’humour et commencent à s’exporter un peu partout dans le monde, jusqu’au Japon prochainement grâce à Bertrand Larcher, qui multiplie les « Breizh Café » au pays du Soleil Levant. En France, Philippe Hamache, après avoir réussi son entrée au Lafayette Gourmet, espère dépasser les 350 revendeurs avant la fin 2013 et se montre assez confiant.

« Je lisais récemment une étude qui parlait des tendances alimentaires du moment et je crois que nous sommes en phase. Mais j’aimerais aller plus loin encore : éditer une soupe de poisson différente par saison, revoir certaines techniques d’appertisation et, bien-sûr, créer une petite unité de production sur l’Ile. »

Autant de projets qui s’ajoutent à la nécessité de renouveler l’offre régulièrement. Sur ce thème, le Comptoir de Belle Ile n’est pas en reste. A la rentrée, la marque bretonne sortira de nouvelles soupes dont un velouté d’huîtres « Grand Cru Classé », un velouté de pouces-pieds de Belle-Ile, mais également une compotée de céleris aux pépites de bulot, un foie de lotte à la truffe noire du Périgord et des sardines au beurre Bordier et aux algues bio de Belle-Ile.

Philippe Hamache, ambassadeur du goût
de Belle Ile en Mer.

Restez informés !

Recevez en avant-première toute l’actualité du secteur.