Le Comptoir Irlandais

Article mis en ligne par · 16 décembre 2019 ·

Le Comptoir Irlandais, une success-story française

Atypique avec son assortiment mêlant l’alimentaire au textile, l’enseigne bretonne de spécialités irlandaises est parvenue à s’imposer dans l’Hexagone grâce à l’originalité et l’authenticité de son offre.

Né en 1987 sur les quais du port de Brest, l’enseigne Le Comptoir Irlandais compte aujourd’hui 45 boutiques en France. Si la majorité d’entre elles se situent dans le Grand Ouest, le réseau s’étend de Lille à Nice en passant par Metz et Paris. Une expansion remarquable pour cette enseigne atypique dont l’assortiment parvient à marier sans fausse note le textile aux spiritueux et à l’épicerie fine, complétés par une gamme d’articles cadeaux.

Sourcing direct et recettes exclusives

Simple épicerie à l’origine, la boutique brestoise ravitaillait les marins en escale dans le port. Parmi eux, de nombreux Irlandais venaient y faire leurs provisions de shortbreads et autres gourmandises… “C’est de là qu’est partie l’idée d’élargir l’assortiment à d’autres produits comme le textile et le whisky”, relate Émilie Simon, l’acheteuse épicerie et cadeaux du Comptoir Irlandais.

comptoir irlandais
le comptoir irlandais

La cave qui gagne en importance d’année en année, compte un millier de références de whiskys et whiskeys, gins, rhums, liqueurs, champagnes et bières. En épicerie, le thé noir irlandais et les cakes sont les produits emblématiques d’une offre de quelque 600 références dont 150 de thés et infusions. En textile, une gamme de polos de rugby tient le haut du pavé aux côtés de plus classiques pulls en laine vierge et duffle-coats.

EMILIE SIMONAuthenticité, qualité et originalité sont les maîtres mots de cette sélection. “Nous sourçons directement nos produits auprès des producteurs”, explique Émilie Simon qui fait de fréquents voyages outre- Manche. Le Comptoir mise par ailleurs beaucoup sur ses propres recettes, par exemple celles des cakes citron gingembre et des pains d’épices fabriqués par Mileeven, partenaire de longue date du Comptoir, ou encore celles de ses tonics au concombre, à la bergamote ou à l’hibiscus.

L’ombre du Brexit

 

Dans tous les cas, les produits font l’objet d’une sélection rigoureuse. Un comité de référencement réunit tous les lundis Hervé Taloc, président de la société, François-Pierre Loizeau, directeur du réseau et les acheteurs de l’enseigne. “Les débats sont animés car ce sont de fins palais et nos critères sont stricts”, témoigne Émilie Simon. En deux décennies, ce savoir-faire a permis d’attirer vers l’enseigne une clientèle plutôt féminine et familiale, “pas seulement d’expatriés anglo-saxons mais aussi des Français curieux de nouveauté et d’originalité”, souligne-t-elle. Seule incertitude pour l’avenir : les conséquences du Brexit. “Nous avons sécurisé nos approvisionnements pour la fin de l’année. Pour la suite, beaucoup de nos produits viennent d’Irlande du Sud qui restera dans l’Union”, relativise l’acheteuse. En épicerie, une dizaine de fournisseurs sur quarante sont concernés par le Brexit.

 


Olivier Costil