Pour Véronique Poulou l’épicerie fine est un univers qui fait du bien

Article mis en ligne par · 17 février 2022

Ouverte en mai 2020 par deux inconditionnels du Sud-Ouest - Véronique Poulou et Romain Marcet - Sardine l’épicerie cibourienne renferme pléthore de produits originaux triés sur le volet. Des produits qui sont aussi créateurs d’un dialogue avec la clientèle locale, cœur de cible de la boutique.

Le monde de l’épicerie fine – Vous êtes tous deux originaires de Paris. Véronique vous avez eu une première épicerie fine Bonjour Etienne dans le 20ème arrondissement. Comment êtes-vous arrivée à Ciboure et pourquoi ?

Véronique Poulou – Reprenons du début. Il y a quelques années, je décide de m’intéresser de plus près à l’épicerie fine car j’aime infiniment bien manger (rires) et que l’épicerie fine est un univers, selon moi, qui fait du bien. Je rencontre Romain peu de temps après l’ouverture de mon premier commerce Bonjour Etienne. Romain me contacte car il organise à l’époque le salon de La cagette à l’assiette et sait que je travaille en circuit court. Les années passent, on évolue tous deux dans le milieu, on se croise à de nombreuses reprises et notamment à Ciboure, ma ville natale dont Romain qui y vient chaque été est totalement amoureux.

En 2020, je décide de quitter la capitale et d’ouvrir une boutique à Ciboure dans le but de redynamiser le centre-ville avec d’autres commerçants. Quand je trouve le lieu, je consulte Romain pour avoir son avis sur quelques points et après plusieurs échanges, il se rallie à l’aventure ! Sardine l’épicerie cibourienne s’adresse aux locaux avant tout, même si on accueille avec plaisir les touristes (rires).

Des produits de qualité et de l’échange

LMEF – Comment votre arrivée à Ciboure est-elle accueillie ? Pouvez-vous affirmer que les habitants ont réinvesti le centre-ville ?

V.P – Nous avons été très bien accueillis. Nous sommes plusieurs commerces à s’être installés dans le centre-ville historique. Les habitants apprécient de voir des rideaux s’ouvrir chaque matin et de se déplacer à pied pour faire leurs courses. Ils nous le font savoir par leur fidélité. Le commerce de proximité est un lieu « à l’ancienne » et pourtant porteur de solutions pour le futur des villes. Sardine, l’épicerie cibourienne c’est tout à fait ça : c’est une épicerie traditionnelle mais finalement en étant traditionnelle, elle est très moderne !

Elle répond à ce mouvement de désertification des centres-villes qui a été mis en lumière pendant la pandémie. Les populations, et particulièrement en province, ont soif de reconnexion à l’humain, ont envie d’échanger et d’être conseillées. De plus, en leur proposant une offre pointue et originale avec de nouvelles références hebdomadaires, on pique clairement la curiosité et on crée un dialogue. C’est tout ce que les locaux souhaitent : des produits de qualité et de l’échange.

LMEF – Votre leitmotiv est l’alliance de plaisir et d’écoresponsabilité, comment ça s’orchestre concrètement ?

V.P – Chez Sardine, nous avons à cœur d’encourager la consommation locale tout en restant ouvert sur le monde. Notre gamme de plus de 1300 références est composée à 70 % de produits basques aussi bien français qu’espagnols. Favoriser le circuit court est pour nous une priorité. Nos échanges réguliers avec les producteurs nous permettent d’être les premiers au courant de leurs nouveautés et de les déguster en avant-première. En dénichant toujours de nouvelles références originales que les locaux ne connaissent pas nous créons de la curiosité et les clients reviennent.

Pas de références « touristiques »

LMEF – Adaptez-vous votre offre estivale pour répondre aux touristes ?

V.P – Ciboure est une ville de bord de mer et donc très touristique l’été. Bien sûr que ça joue positivement sur notre chiffre d’affaires et nous n’allons pas nous en plaindre. Cependant été comme hiver, nous ne proposons pas de références « touristiques » de grandes maisons du coin. La particularité de notre établissement est d’offrir des produits de la région méconnus du grand public et choisis pour le goût et la qualité.

LMEF – Parlez-nous de votre gamme à 70 % composée de produits basques, français et espagnols…

V.P – Commençons par la région. Nos best-sellers sont le filet de bar confit de chez Costa Vasca (côte basque en espagnol) à déguster sur un toast ou dans une salade et la truite fumée du Fumoir du Pays basque. Nous avons également une collection très expérimentale de vins natures qui plait beaucoup avec des références de chez Hontza. Pour les palais sucrés, nous travaillons avec l’artisan chocolatier Monsieur Txokola, originaire de Bayonne il propose des produits gourmands et fins à la fois. Pour les 30 % restants, on s’amuse à faire découvrir des références internationales comme le producteur grec Kalios ou les épices Nomie qui fonctionnent très bien !

Laura Margis

CONTACT

Sardine, l’épicerie cibourienne

19 Quai Maurice Ravel, 64500 Ciboure

Téléphone : 07 84 93 77 43
Email : bonjour@epiceriesardine.com

Page Instagram :
epicerie_cibourienne

Page Facebook : https://www.facebook.com/sardineepiceriecibourienne

Le monde de l'épicerie fine Sardine 3
Restez informés !

Recevez en avant-première toute l’actualité du secteur.