Auguste : le restaurant s’est transformé en épicerie fine

Article mis en ligne par · 25 janvier 2021

C’est l’une des grandes tendances du moment. Nombreux sont les restaurateurs qui après s’être essayés à la vente à emporter, ont décidé de compléter leur offre avec une sélection de produits d’épicerie fine. Et qui ne le regrettent pas ! C’est le cas de Gary Ceccarelli qui vient d’inaugurer Le Magasin d’Auguste à Aix-les-Bains en Savoie.

Le Monde de l’Épicerie Fine – Comment en êtes-vous venu à ouvrir Le Magasin d’Auguste le 15 décembre dernier ? 

Gary Caccarelli – Lors du premier confinement, on avait aménagé notre véranda afin d’y proposer des plats à emporter. Elle est bien placée sur l’une des rues les plus commerçantes d’Aix-les-Bains. Nous l’avons donc adaptée en laissant comme une ouverture de porte pour y accueillir – sur le principe du drive – les clients qui venaient récupérer leur commande. Petit à petit, nous avons commencé à vendre autre chose que des plats à emporter, des boissons, du vin… Du coup, on a décidé de tout aménager avec des étagères, comme une boutique. Avec mon associé, on a tout fait nous-mêmes, sauf le mobilier que nous avons dû acheter et quelques éléments de décoration. On a créé une vitrine là où il y avait des tables, installé un meuble réfrigéré… Et on a complété l’enseigne en ajoutant en lettres blanches sur la vitrine la mention “Le Magasin d’Auguste” et une accroche : “Produits de paysans pour bons vivants”. 

LMEF – Y êtes-vous seul ? 
G.C – Non. Sur place, j’ai fait revenir l’une de mes salariées, les autres sont au chômage partiel bien sûr ; elle tient la caisse et peut conseiller les clients sur les produits. Je l’ai formée pour ça. 

LMEF – Quelle est votre offre ? 
G.C – Comme nous avons un partenariat avec la Coopérative du Val d’Arly, nous avons débuté simplement avec des fromages. Ensuite on a créé un petit coin caviste avec du vin et des bières de micro-brasseries qui viennent de toute la France, une partie charcuterie – conserverie avec les produits de Louis Ospital dans le Sud-Ouest avec qui on travaillait déjà. Nous avons également un espace réservé aux épices avec de jolis poivres, du sel, des piments et même des jus de viande, des préparations pour dessert, des moutardes… les produits Petrossian… Tous ces produits profitent de packagings un peu sympas et cela plaît… Récemment on a fait une opération avec des panettones que nous sommes allés chercher en Italie et cela a très bien fonctionné. 

LMEF – Recherchez-vous de nouveaux produits ? 
G.C – Nous en sommes déjà à 350/400 références et oui, je continue à chercher de nouveaux produits. Je suis même en permanence dans les recherches. On va essayer de se perfectionner sur le thé, peut-être nous ouvrir au café que je ne fais pas parce que c’est très technique. On est bons sur le vin, bons sur le fromage. Pour cette offre spécifique, afin de ne pas trop mobiliser notre vendeuse, j’achète les meules entières, je les découpe en cuisine et je les mets sous vide en indiquant le grammage. 

LMEF – La clientèle d’Aix-les-Bains s’est donc montrée présente ?  
G.C – Oui, nous avions ouvert pendant les fêtes de fin d’année et cela a facilité les choses. Les gens qui nous connaissent ont vu que nous nous étions bougés et ils sont venus au début pour marquer le coup. Essentiellement pour acheter des cadeaux, une bouteille de Chartreuse ou un panier gourmand. Et comme nous ne proposons que des produits qui tiennent la route, les gens reviennent ; ils nous ont intégrés dans la boucle de leurs courses. 

LMEF – Combien de temps pensez-vous tenir ? 
G.C – Tant que nous n’aurons pas le droit de rouvrir le restaurant c’est certain… Ensuite, on réfléchit. Pourquoi ne pas aménager une partie du restaurant avec ce nouveau marché ? Il n’y a pas d’épicerie fine à proximité et pour tout dire, c’est un projet que nous avions déjà évoqué avant la crise sanitaire.  

LMEF – Est-ce déjà viable en l’état ? 
G.C – Non, ce n’est pas viable seul. Mais le but c’est de ne pas perdre le contact avec nos clients et d’assurer un minimum de flux financier pour les banquiers qui nous suivent. Avec quand même des rentrées d’argent qui permettent de nous en sortir parce que nous avons les plats et les cafés à emporter en plus. 

Propos recueillis par Bruno Lecoq

Le Magasin d’Auguste 
390 rue de Genève
73100 Aix-les-Bains
Tél. 09 83 32 56 75

www.facebook.com/Auguste.AixLesBains

Restez informés !

Recevez en avant-première toute l’actualité du secteur.