Champagne : Comment se démarquer en épicerie fine ?

Article mis en ligne par · 8 octobre 2015

Achat d’impulsion pour un cadeau de dernière minute ou achat plus réfléchi : le champagne est incontournable. Encore faut-il faire les bons choix. Voici les suggestions de Valérie Faust, journaliste spécialisée dans la gastronomie et les vins au Figaro. Dans la droite lignée de ce que le consommateur attend aujourd’hui d’une épicerie fine, le champagne a un rôle essentiel à jouer. Toute l’année. Compagnon indispensable des grandes célébrations ou incontournable en coffret cadeau au moment des réveillons, alors même que les maisons champenoises sortent le grand jeu autour de leurs bouteilles présentées seules ou accompagnées de flûtes, d’un seau, d’un étui isotherme, d’une truffe… le champagne s’invite à la dernière minute à l’occasion d’un apéro dînatoire, d’un dîner impromptu chez des amis ou en tête-à-tête…

Champagnes de grandes maisons et champagnes de vignerons, faites la différence.

Reflet de son terroir, le champagne de vigneron ne sera pas toujours le même d’une année sur l’autre. Contrairement aux grandes maisons qui perpétuent la régularité de leur style, de qualité toujours égale. Prenez une loupe et cherchez les minuscules initiales sur l’étiquette : RM comme « Récoltant Manipulant » signifie que le vigneron cultive sa propre vigne, vendange et vinifie ses champagnes sur sa propriété. NM pour « Négociant Manipulant » veut dire qu’après l’achat des raisins à des agriculteurs, la maison élabore son champagne dans ses propres caves. Ce sont ces initiales qu’il faudra privilégier plutôt que RC (Récoltant Coopérateur) ou CM (Coopérative de Manipulation)…

Champagne d’apéritif, de gastronomie, de dessert… BSA (Brut Sans Année), millésimé, Blanc de Blancs, Blanc de Noirs (il fait fureur cette année), Brut Nature (idéal avec le caviar), Dry, Extra Dry… Que choisir ? Restons simples et optons pour deux champagnes de marque et deux champagnes de vignerons. En blanc et en rosé.

Champagnes haut de gamme

Parmi les valeurs sûres, citons des grandes marques comme Bollinger (le champagne de James Bond), Philipponnat, Gosset, Delamotte, Deutz… mais également ces belles maisons familiales : AR Lenoble et Drappier. Si deux des neufs cuvées d’AR Lenoble sont distribuées chez Monoprix (Intense et Brut Nature), ce n’est pas le cas des autres : « Nous avons donc le choix pour conseiller les épiceries fines » souligne Anne Malassagne, arrière-petite-fille du fondateur.

« Spontanément, poursuit-elle, il me semble que notre champagne Grand Cru Blanc de Blancs issu du superbe terroir de Chouilly leur correspond tout à fait avec son caractère beurré et gras si particulier qui séduit tous les amateurs. Je sélectionnerais ensuite le Rosé Terroirs élaboré à partir de 88 % de chardonnay Grand Cru. Un assemblage très atypique, élégant et fin. D’autre part, l’histoire de notre maison et de ses vins peut permettre aux épiciers fins de bien mettre en évidence nos champagnes. »

attachment

Drappier est un champagne vinifié au plus près de la nature. Sa vinosité et son élégance en font un excellent compagnon de table. De nombreuses épiceries fines familiales en France demeurent fidèles à la marque et des chefs étoilés comme Alain Dutournier ou Alain Passard, proposent sur leur carte, le Brut Nature et la Grande Sendrée. En revanche, les cuvées Grande Sendrée 2006 et Grande Sendrée Rosé 2006, peu vendues par les cavistes, sont essentiellement référencées dans la grande restauration, au Palais de la Présidence à l’Elysée ou chez les collectionneurs.

Mais si vous optez pour la cuvée Charles de Gaulle ou la cuvée Quatuor, un Blanc de quatre Blancs (trois cépages anciens et autochtones associés au Chardonnay), sachez que La Grande Sendrée s’offre dans différents coffrets « Arabesques » dont l’un propose trois pots en porcelaine de Limoges contenant les épices nécessaires à la réalisation de trois recettes de grands chefs incluses dans le coffret.

Champagnes de vignerons : leurs étiquettes portent la mention RM

On ne présente plus l’exploitation familiale Champagne De Sousa à Avize ni ses très jolis vins. Élégant, son Brut Rosé, d’une grande finesse et onctueux se déguste à l’apéritif ou avec un poisson fumé (www.champagnedesousa.com).

Le domaine Agrapart & Fils se transmet de père en fils depuis la fin du XIXe siècle. Son champagne 7 Crus Brut Blanc de Blancs est droit, minéral et charnu (www.champagne-agrapart.com). Le savoir-faire artisanal caractérise Pierre Gimonnet & Fils, vignerons de père en fils. Opulente, leur cuvée Oger Grand Cru s’adresse aux amateurs de vins singuliers (www.champagne-gimonnet.fr). Sève Rosé de Saignée En Barmont est un champagne extra brut produit par Serge et Olivier Horiot qui élaborent bien des curiosités dont un 100 % arbane (www.horiot.fr). Avis aux amateurs de « bio » : l’exploitation familiale Franck Pascal cultive quatre hectares en biodynamie depuis 2005. Sapide, nette, pure et fraîche, sa cuvée Reliance Brut Nature met en appétit (www.champagne-franck-pascal.com).

La balle est dans votre camp ! À vous de contacter les maisons qui vous intéressent et de choisir avec elles les cuvées qui vous parlent, celles qui correspondent à votre budget et à celui de votre clientèle, sachant que le coefficient des cavistes est d’environ 1,8 pour les grandes maisons. Enfin, deux recommandations : rendez-vous chez le caviste le plus proche afin de vérifier que les cuvées choisies n’y sont pas référencées. Et en ce qui concerne l’indispensable coffret de fin d’année, mieux vaut avoir passé commande avant début novembre. Par ailleurs, la sélection des champagnes du Guide Hachette des Vins demeure une valeur sûre.

Valérie Faust

Restez informés !

Recevez en avant-première toute l’actualité du secteur.