Maison MALLEVAL

Article mis en ligne par · 11 mai 2020

Malleval a rouvert ses portes le 10 avril

Créée en 1869 la cave Malleval compte parmi les institutions de la gastronomie lyonnaise. Pour ses 5000 références en vins et spiritueux mais aussi pour ses 2700 références en épicerie fine. Le témoignage de sa propriétaire Claude Jabouley soulève bien des questions. 

LMEF – Vous avez pris la décision de rouvrir votre commerce le 10 avril. Qu’est-ce qui avait motivé sa fermeture à l’annonce du confinement ?

CLAUDE JABOULEY – On a d’abord décidé de fermer tout de suite par mesure de sécurité. Nous avons attendu de connaître avec certitude les mesures de sécurité à appliquer au niveau de l’accueil de la clientèle et du personnel pour ne prendre aucun risque. Dès que nous avons eu plus de visibilité et surtout à partir du moment où nous avons pu nous procurer masques et gel hydroalcoolique – ce qui n’a pas été simple, il a fallu beaucoup chercher, faire marcher notre réseau – nous avons décidé de rouvrir partiellement le magasin. C’est-à-dire trois heures le matin du lundi au vendredi et de 10 h à 15h le samedi.

LMEF – Avez-vous pu quantifier le manque à gagner pour votre entreprise pendant cette fermeture ?

C.J – A peu près : nous avons perdu les trois quarts de notre chiffre d’affaires. C’est énorme et ça nous a poussé à mettre tous nos collaborateurs – soit 9 personnes – au chômage partiel. A la réouverture le 10 avril notre stratégie a été de faire tourner les équipes au rythme de 2 ou 3 collaborateurs par jour afin que tout le monde puisse travailler un petit peu. Tout le monde en avait envie.

LMEF – Le panier moyen a-t-il évolué ?

C.J – Les proportions entre vins et épicerie n’ont pas bougé. On se retrouve un peu dans une consommation d’été : nous vendons beaucoup de vins rosés, d’Apérol, de pastis et de tartinables ce qui marque le retour de l’apéro dînatoire. Côté épicerie fine et en dehors des produits apéritifs, nous vendons beaucoup d’huile d’olive, de riz et de pâte. Beaucoup de thé aussi. La clientèle est un peu différente, c’est plus une clientèle de quartier, d’habitués, nos clients qui ont des propriétés en dehors de Lyon sont partis et cela se voit.

LMEF – Assurez-vous les livraisons ?

C.J – Oui, et comme l’activité est assez calme nous pouvons livrer l’après-midi dans un rayon de 30 km. Mais nous livrons aussi les personnes âgées toutes proches qui ont peur de sortir de chez elles. Sans réserve : il nous est arrivé de livrer 100 g de thé… Il est essentiel dans une période comme celle-ci de conserver un minimum d’humanité.

LMEF – Comment envisagez-vous l’après 11 mai ?

C.J – Je pense que nous allons reprendre nos horaires d’ouverture habituels, de 9h30 à 19h30 mais avec une équipe extrêmement réduite. Il va falloir un petit peu de temps pour que les gens osent sortir et reprennent leurs habitudes de consommation. Tout le monde ne va pas être réembauché à temps plein le 11 mai, il va y avoir encore du chômage partiel et c’est ce qui va faire que les gens vont réapprendre à consommer progressivement.

LMEF – Cette période exceptionnelle vous inspire-t-elle une réflexion en tant que commerçante ?

C.J – C’est en effet une période inédite qui nous donne le temps de parler davantage avec nos clients, de mieux les connaître. On sent bien que cela remet en cause leur façon de consommer et les médias nous font réfléchir beaucoup là-dessus : que mange-t-on ? Qu’est-ce qu’il y a derrière le produit consommé et où l’achète-t-on ? Ce qui revient aussi beaucoup dans les conversations c’est l’incompréhension vis-à-vis de la fermeture des marchés lyonnais qui permettaient un accès direct aux petits producteurs. On aurait parfaitement pu adapter les sites pour faire respecter les consignes de sécurité, mais on a préféré envoyer les gens acheter leurs fruits et légumes dans les grandes surfaces où tout le monde peut toucher à tout. C’est incompréhensible. C’est la même chose pour le muguet : on interdit aux fleuristes d’en vendre alors que c’est vital pour eux et on nous annonce qu’on en retrouvera dans les boulangeries et GMS… Ce n’est pas normal.

Maison Malleval 
11 rue Emile Zola 
69002 LYON 
Téléphone : 04 78 42 02 07
Site : Maison MALLEVAL

Claude Maison Malleval