Nébulisation ou brumisation ?

Article mis en ligne par · 4 septembre 2019 ·

78 % des Français souhaitent que le procédé de nébulisation se généralise dans les commerces de produits frais.

La nébulisation semble être un procédé plébiscité par les Français. C’est ce que nous apprend une étude exclusive IFOP* réalisée pour ARFITEC (ARECO) qui nous montre que les fruits et légumes frais sont un élément essentiel du panier des Français puisqu’ils sont 43 % à acheter au moins un type de produit frais plusieurs fois par semaine, et 86 % au moins une fois par semaine. C’est la recherche du goût qui incite en priorité les Français à acheter des produits frais (40 %), suivie de près par leur caractère sain (37 %). Dans ce contexte, près de trois quarts des Français affirment avoir déjà vu des dispositifs de nébulisation (73 %), plus que les dispositifs de brumisation (65 %). – Près de neuf Français sur dix louent les qualités objectives de la nébulisation. – 78 % des Français souhaitent généraliser ce type de dispositif dans les commerces de produits frais.

Nébulisation ou brumisation ?

Deux technologies principales existent pour maintenir la fraîcheur des produits des rayons frais. La brumisation consiste à pulvériser (ou projeter) sur les produits des gouttes d’eau via des buses de diffusion positionnées au-dessus du rayon. La brumisation fonctionne par intermittence afin que les produits ne soient pas gorgés d’eau. De son côté, la nébulisation ne projette aucune goutte d’eau. C’est l’air ambiant qui est humidifié de façon à maintenir les produits dans un taux d’humidité adéquat. Le système de diffusion est positionné à hauteur des produits et la finesse des particules d’eau dans l’air permet une diffusion en continu.

* Etude réalisée par l’Institut Français d’Opinion Publique (IFOP) entre le 15 et le 16 mai 2019, auprès d’un échantillon de 1005 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.