Pratiques alimentaires : les 4 enjeux clés

Article mis en ligne par · 14 février 2017

Dans le cadre de son Harris Café du 31 janvier 2017 dédié aux pratiques alimentaires d’aujourd’hui et de demain, Harris Interactive a dévoilé les résultats de son enquête sur l’évolution des usages alimentaires des Français. Autant de préoccupations en adéquation avec les valeurs de l’épicerie fine.

Que retenir de cette étude ? La première chose, c’est que le consommateur est plus que jamais à la recherche du mieux manger. En effet, les Français ont une relation forte à l’alimentation et particulièrement à la cuisine. 22 % se déclarent ainsi Experts/Experts intermédiaires et 17 % ont déjà participé à un atelier de cuisine. Une grande majorité (71 %) navigue sur Internet pour s’informer sur l’alimentation. 61 % utilisent des sites de recettes alimentaires, 25 % des blogs culinaires et 11 % des forums de consommateurs ou des sites de santé publique.

Une meilleure information et une recherche de sécurité sanitaire
Pour 63 % des Français, respecter un équilibre alimentaire est important et cela est primordial pour 21 % d’entre eux. Si 81 % des consommateurs déclarent suivre une alimentation équilibrée au quotidien, seuls 14 % en sont tout à fait convaincus. Cette sensibilité à l’alimentation a fait apparaître de nouveaux régimes alimentaires dont la notoriété est importante, même si leur pratique reste encore aujourd’hui limitée. Ainsi 4 % à 6 % des Français suivent des régimes de type végétarien, sans gluten ou vegan. À noter le mouvement flexitarien, moins connu mais aussi pratiqué par 6 % des consommateurs. Globalement, les Français ont été impactés par les crises alimentaires et 84 % sont soucieux de leur alimentation : 44 % déclarent avoir changé totalement leurs habitudes alimentaires sans revenir aux précédentes. À noter qu’en matière d’alimentation, la confiance faite aux marques reste faible (8 % seulement des Français).

Recherche de qualité et retour aux sources
Les consommateurs se tournent donc vers le « fait maison » et un certain retour aux sources : 54 % confectionnent leurs soupes de légumes, 38 % cultivent des herbes aromatiques et 35 % font leurs confitures et compotes eux-mêmes… Car in fine, « on n’est jamais mieux alimenté que par soi-même ! »

De nouvelles tendances de consommation
En termes de produits, une évolution à la hausse est observée pour les légumes et les fruits consommés quotidiennement. Un quart des Français en consomme plus souvent qu’il y a deux ans. Le poisson est lui également en progression, 20 % des Français en consomment plus souvent qu’il y a deux ans. À l’inverse, d’autres produits ont subi de plein fouet les crises alimentaires : la viande au premier plan avec 32 % des Français déclarant en consommer moins souvent qu’il y a deux ans, suivie par le lait avec 27 % de « déconsommation » par rapport aux deux précédentes années.
En GMS, les Français sont en quête de produits frais (28 % en consomment plus souvent qu’il y a deux ans) et relèguent les conserves au second plan (22 % des Français en consomment moins souvent qu’il y a deux ans). Cette étude nous apprend (ou confirme) qu’aujourd’hui les consommateurs manifestent un intérêt face à des « innovations produits » accessibles, pratiques et rassurantes : plus de 20 % seraient attirés par des mini-produits, des produits portionnables (format individuel plutôt que familial), des fruits frais découpés. À noter également l’émergence de l’intérêt pour le lait végétal, consommé par 17 % des Français. En matière de technologie, 26 % se déclarent intéressés par l’utilisation d’une imprimante 3D alimentaire, qui permettrait de mieux contrôler les ingrédients utilisés et de façonner les produits selon ses souhaits.

Une quête d’achats plus raisonnés
Même si la majorité des achats de produits alimentaires se fait encore majoritairement en GMS, la part belle est faite aux circuits courts : marché, AMAP sont le lieu d’achat des fruits, légumes, œufs, fromage, viande, poisson et les magasins bio ceux des légumes, fruits, œufs et céréales. Par ailleurs, 64 % des Français estiment utile un système d’étiquetage nutritionnel qui les aiderait à mieux choisir leurs produits.
Les dimensions sociétales sont également importantes dans le choix des produits faits par les consommateurs : ainsi 40 % déclarent qu’ils sont attentifs au respect de l’environnement et 30 % dans le choix de produits étiques/équitables. En termes de critères de choix, arrivent en tête la fraîcheur des produits (67 %), le respect de la saisonnalité (56 %), l’origine des produits, l’absence de pesticides (59 %), d’OGM (53 %) ou d’antibiotiques (49 %), tout comme le respect du bien-être animal (48 %).

Méthodologie
Enquête réalisée en ligne du 12 au 21 octobre 2016. Echantillon de 1 000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, à partir de l’access panel Harris Interactive. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, région d’habitation de l’interviewé(e) et catégorie d’agglomération.

Restez informés !

Recevez en avant-première toute l’actualité du secteur.