Le chocolat en France en 2016 : une certaine stabilité

Article mis en ligne par · 16 mars 2017

Publiés le 14 mars par le Syndicat du Chocolat, les chiffres clés de ce secteur montrent une certaine stabilité pour l’année 2016, avec deux moments forts dans l’année – Noël et Pâques – qui représentent à eux seuls et sans surprise, près de 13 % des ventes (respectivement 8,5 % et 3,9 % selon le Panel Nielsen).

Avec un volume représentant 381 900 tonnes en France en 2016 (1), le marché du chocolat est resté stable entre 2015 et 2016 puisqu’il n’affiche qu’une toute petite baisse en volume de -0,9 %. Bon à savoir, le marché des tablettes reste dynamique et offre un grand choix aux consommateurs, avec 172 références en moyenne dans les hypermarchés et supermarchés et 80 références de confiseries de chocolat.

La catégorie des tablettes de chocolat avec ingrédients (noisettes, amandes, riz soufflé…) a de son côté augmenté de 21 % en volume sur cette même période. C’est la plus forte progression du marché en hypermarchés et supermarchés.

(1) Total des ventes France des entreprises du secteur = Fabrications – exportations + importations.
Source : Syndicat du Chocolat d’après enquête auprès des adhérents et non adhérents.

Par ailleurs, cette étude nous apprend que la consommation moyenne en France s’élève à 6,95 kg par an par habitant, ce qui place le pays au 7e rang des pays consommateurs en Europe. Les Français se distinguant toujours par une propension à consommer plus de chocolat noir que le reste de l’Europe : plus de 30 % de la consommation adulte contre 5 % pour la moyenne européenne.

Un secteur dynamique
La profession de la chocolaterie représente près de 100 entreprises dont 90 % de PME. Elle emploie plus de 30 000 salariés au total (dont 15 700 en production industrielle) et participe à l’activité économique de toutes les régions françaises. Les entreprises fabriquent 590 000 tonnes dans l’Hexagone :

• 405 000 tonnes vendues aux consommateurs en France et à l’international.
• 185 000 tonnes vendues aux professionnels qui utilisent le chocolat comme ingrédient (glaces, biscuits et gâteaux…).

Elle comprend :
• Des groupes de taille internationale qui ont des sites de production en France : Barry Callebaut, Cémoi, Ferrero, Lindt, Mondelez, Mars, Nestlé…
• Près d’une cinquantaine de PME : Abtey, Castelain, Cluizel, Le Chocolat des Français, Guyaux, Marlieu, Marquise de Sévigné, Mazet, Monbana, Réauté, Révillon, Valrhona, Voisin, Weiss…
• Des fabricants avec magasins de proximité : Jeff de Bruges, Léonidas…
• De nombreux artisans.

Des exportations qui se stabilisent
La France exporte près de 63 % de sa production, soit plus de 250 000 tonnes. Les ventes au sein du marché européen représentent encore 87 % des volumes exportés. Toutes zones confondues, les exportations ont progressé de 30 % entre 2006 et 2016 et elles se stabilisent sur cette dernière année (+0,4 % entre 2015 et 2016).

Source : Douanes françaises

Pâques reste également stable
Le marché de Pâques reste relativement stable entre 2015 et 2016, avec une faible évolution à la baisse en volume (-1,2 %). Les ventes de Pâques représentent près de 15 000 tonnes vendues, soit 3,9 % des ventes annuelles avec de fortes ventes réalisées durant la semaine de Pâques. À noter, durant cette période, les moulages et les confiseries de chocolat représentent 72 % des ventes de produits de Pâques en volume.

Restez informés !

Recevez en avant-première toute l’actualité du secteur.