Epicerie Lilie

Article mis en ligne par · 20 avril 2020

Meaux (77)

Epicerie Lilie : solidaire avec les commerces de la rue qui ont dû fermer

LMEF – Vous avez fait le choix de rester ouvert depuis le 17 mars

VALERIE HAYET – Oui dès le départ. Parce qu’en fait j’ai une clientèle de retraités et beaucoup de personnes seules et je trouvais que c’était important de pouvoir conserver ce lien social. Et puis dans nos boutiques on a rarement dix clients à la fois : ça paraissait donc tout à fait gérable. La première semaine je suis restée ouverte jusqu’à 17 h et j’ai rapidement fait le constat que les après-midis les gens restaient vraiment chez eux. Depuis, j’ouvre de 9h30 à 13h30 et je vois davantage de monde, même si c’est relatif : 5 à 6 clients par jour.

LMEF – Ressentez-vous un effet confinement sur votre panier moyen ?

V.H – Oui, il a augmenté, les gens achètent davantage. Je suis dans la rue la seule à être ouverte et il est certain que si j’avais à côté de moi un boulanger ou un primeur je verrais plus de monde. Pour compenser, je publie chaque matin sur ma page Facebook des informations qui sont relayées sur la page de l’Association des commerçants et la page Commerces de la mairie. 
https://www.facebook.com/EpicerieLilie/

LMEF – Avez-vous le sentiment que certaines personnes ont découvert votre boutique à cette occasion ?

V.H- Tout à fait. Cela a permis à certaines personnes de me découvrir et puis aussi – parce que les gens ont souvent des aprioris sur ce type de commerce qu’ils imaginent hors budget – de réaliser que c’est malgré tout encore accessible et qu’en termes de qualité et sélection de produits cela n’avait rien à voir avec ce qu’ils peuvent trouver en grande surface. En plus, comme je travaille à 98% avec des petits producteurs ou des artisans français, j’ai remarqué que les clients qui viennent chez moi avaient le sentiment de contribuer à la bonne marche de l’économie française, moi compris.  C’est vraiment un sujet qui les touche.

LMEF – Au niveau de leurs achats avez-vous noté des changements ?

V.H – Depuis deux semaines je constate qu’il y a chaque jour davantage de personnes qui cherchent à se faire plaisir. Je ne fais pas de produits frais – je n’ai ouvert qu’en octobre – mais je m’y prépare activement : il est clair qu’avec une offre en produits frais, j’aurais maintenu sinon augmenté mon chiffre d’affaires.

LMEF – Ça n’est malheureusement pas le cas ?

V.H – Non, il a fortement chuté mais je maintiens mes charges. En soit, ce n’est pas suffisant car cela m’oblige à puiser dans la trésorerie pour racheter de la marchandise… Mais je ne vais pas me plaindre. Et puis, je fais aussi point relais pour les autres boutiques de la rue – la boutique de jouets, celle de bougies. Ces commerçants qui ont dû fermer prennent peu à peu des commandes à distance via leur page Facebook. C’est plus particulièrement le cas du magasin de jouets très sollicité pour les jeux de société, les puzzles. Les clients lui passent des commandes que je réceptionne et ils viennent chez moi pour récupérer leurs achats et les régler. On a mis ça en place il y a seulement 10 jours et je regrette de ne pas l’avoir fait plus tôt car ça rend de sacrés services.

Épicerie Lilie 18, rue de la cordonnerie 77100 Meaux  Tél : 01 64 33 52 76

Restez informés !

Recevez en avant-première toute l’actualité du secteur.