Paris 5e : Le Bel Ordinaire N°2 se positionne clairement sur la restauration

Article mis en ligne par · 14 juin 2019 ·

Deux ans après l’ouverture du premier Bel Ordinaire (Paris 10ème), Cyrille Rossetto inaugure une nouvelle « cave à manger » près de la rue Mouffetard (Paris 5ème). L’établissement, entre restaurant de quartier et épicerie fine, mise toutefois plus que jamais sur la partie restauration avec une cuisine ouverte au centre de l’espace.

Près de cinquante places assises proposées à l’intérieur, dont une grande table d’hôtes de 14 places, 8 places en mange debout sur le bar devant la cuisine ouverte, une salle en arrière-plan et une terrasse d’une vingtaine de couverts : la deuxième version du Bel Ordinaire se positionne nettement sur la restauration.

À la bonne franquette

Côté cuisine, le chef, formé chez Ferrandi, signe une carte du jour courte (deux entrées – trois plats – deux desserts et un menu E/P ou P/D à 21€). On y retrouve des classiques comme le poireau vinaigrette ou la salade de betterave, le lieu noir, le filet mignon de cochon ou le gratin de pâtes : des assiettes simples mais composées de produits frais et de saison, le tout en 100% fait maison. Coté desserts, l’ancienne chef pâtissière du Clarence est à la manœuvre avec une tarte au citron à couper le souffle ou encore un choux caramel.

L’épicerie : une offre courte mais efficace

Un espace distinct sur le côté est dédié aux produits d’épicerie à emporter. Le rayon sec se compose d’huiles d’olive, de condiments, de produits d’apéritifs sans oublier confitures, thés, cafés et biscuits. En frais sont proposés à la coupe fromages et charcuteries avec du saucisson, de l’andouille ou encore du jambon de Paris. Côté fromages, cantal et comté se taillent la part du lion.

Très prochainement, une offre de snacking sera proposée sur place de 15h à 19h tous les jours. On y retrouvera des assiettes et planches de fromages et charcuteries mais aussi des salades, sandwichs et quiches. Également des desserts faits maison et des boissons softs à toute heure.

Le vin à l’honneur

Côté vin, le droit de bouchon n’est plus de mise comme c’était le cas à l’ouverture du Bel Ordinaire n°1. La bouteille est tantôt achetée à emporter, tantôt dégustée à table. On y trouve par exemple une bouteille de Saint Amour du domaine des Bertrand à 23€ en épicerie et à 44€ sur table. Toutes les bouteilles (70 références pour l’heure, une trentaine en attente) proviennent de petits producteurs en bio issus des quatre coins de France. Une quarantaine de rouge (de 18€ TTC à 78€ pour un Gevrey Chambertin 2010 et un seul Bordeaux proposé !), une vingtaine de blancs de 17€ à 44€), huit vins à bulles (dont 6 champagnes, 1 crémant du Jura, 1 brut pétillant), uniquement en 75 cl. Au top des ventes, les Beaujolais et vins du Rhône. Toutes les régions sont représentées avec un accent particulièrement mis sur le Rhône, la Bourgogne, la Loire le Languedoc et le Beaujolais.

Ouvert du mardi au samedi midi et soir (et bientôt 7 jours sur 7!) pour le restaurant et du mardi au samedi de 10h à 20h30 (+ dimanche matin) pour l’épicerie.