Comment ouvrir une épicerie fine (1/2) ?

Article mis en ligne par · 18 février 2022

Avant de pouvoir accueillir les premiers clients dans votre future épicerie fine, de nombreuses étapes vous attendent. De la réflexion à la réalisation en passant par l’investigation, voici, étape par étape, la marche à suivre afin de bien préparer cette ouverture.

Dans ce premier chapitre, nous allons aborder les cinq premières grandes questions correspondant à la réflexion à mener en amont de l’ouverture de votre commerce.

Tout d’abord, demandez-vous pourquoi ouvrir une épicerie fine ? Pourquoi dans cette région, dans cette ville, dans ce quartier ? Posez-vous les bonnes questions et surtout répondez-y. Maxime Cortelazzo, gérant de l’épicerie fine La Réserve à Saint-Avold (https://monde-epicerie-fine.fr/la-reserve-epicerie-fine-a-saint-avold/), connaît sa ville comme sa poche ! Les prémices de son projet, un constat simple : « Il est difficile de dénicher des produits originaux, haut de gamme et bien travaillés autour de Saint-Avold. On en trouve bien sûr mais on tourne vite en rond. Il y a peu de commerces de bouche dans le coin si ce n’est la grande distribution, synonyme de manque de raffinement selon moi », explique-t-il.

Après plus d’un an de réflexion, d’enquêtes et de démarches, il ouvre en novembre dernier.

monde epicerie fine

Étape 1

L’étude de marché, est-elle une étape obligatoire ?

Bien sûr, pas question de passer à côté !

Vous l’aurez compris, l’étude de marché est LA première étape dans la bonne réalisation de votre projet. Vous en n’avez jamais fait, pas de panique. Rapprochez-vous de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) de votre région (https://www.cci.fr/) et participez à la réunion d’informations générales destinée aux créateurs d’entreprise.

Notez également que les CCI ont, pour la plupart d’entre elles, un partenariat avec une banque nationale. Un conseiller bancaire est donc régulièrement présent lors de la réunion d’informations.

 

Vous pouvez aussi suivre la formation « 5 jours pour Entreprendre » dans le but de maîtriser les grandes étapes de la création d’une entreprise telles que l’étude de marché, la stratégie marketing et commerciale, la stratégie financière, la forme juridique mais aussi le business plan et le prévisionnel financier. Cette formation est très complète et son tarif attractif : 525 € nets de taxes. Vous pouvez la financer avec votre compte formation.

L’étude de marché, pour quoi faire ?

Elle vous permet de connaître votre environnement et d’anticiper les potentiels risques et de faire les bons choix stratégiques.

L’étude de marché répond à de nombreuses questions essentielles :

· Quelles sont les tendances du marché ?

· Quels sont les produits attendus ?

· Qui sont vos acheteurs potentiels ?

· Est-ce que le potentiel d’achat est bien présent ?

· Qui sont mes concurrents ?

· Quels sont mes contraintes et mes leviers de succès ?

Les organismes très utiles pour mener à bien votre étude de marché et votre analyse de la concurrence sont : · Le site web de l’Insee (www.insee.fr/fr/accueil) pour obtenir des statistiques telles que le nombre d’habitants, le revenu moyen par habitant, le dynamisme de la ville, le taux de chômage, etc. · Le site internet de la Banque Publique d’Investissement (Bpifrance) (https://bpifrance-creation.fr/librairie/) sur lequel vous pourrez vous procurer des dossiers appelés « Projecteurs », outil de premier niveau d’analyse sur un métier ou un secteur. Par exemple ici : le secteur de l’épicerie fine (coût : environ 20 euros par un dossier).

monde epicerie fine

Étape 2

Quelle forme juridique choisir pour mon épicerie fine ?

Plusieurs choix s’offrent à vous pour votre statut juridique. Les créateurs d’entreprise se tournent habituellement vers une structure individuelle afin de bénéficier de formalités simplifiées et plus souples. La première question à vous poser est donc : est-ce que je monte ce projet seul ou à plusieurs ?

Si la réponse est : je monte ce projet seul, les choix qui s’offrent à vous sont les suivants :

· L’Entreprise Individuelle (EI),

· La Micro-entreprise,

· L’Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL),

· L’Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL),

· La Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU).

Si la réponse est : je monte ce projet à plusieurs, vos options sont les suivantes :

· La Société par Actions Simplifié (SAS),

· La Société à Responsabilité limitée (SARL),

· La Société Anonyme (SA),

· La Société en Nom Collectif (SNC).


Ensuite, afin de bien choisir le statut qui vous correspond, quelques critères sont à prendre en compte :

· La responsabilité du dirigeant,

· Le régime d’imposition,

· Le régime social,

· Le capital social.

Retrouvez plus d’informations sur les différentes formes juridiques sur le site web de la BPI France : https://bpifrance-creation.fr/encyclopedie/structures-juridiques/choix-du-statut-generalites/quel-statut-juridique-choisir-son

Cela peut vous aider ! La Bpifrance a mis en place une application d’aide au choix du statut juridique. Répondez au questionnaire en cliquant sur le lien ci-après : https://bpifrance-creation.fr/aideauchoixdustatut

Vous avez maintenant choisi votre forme juridique, vous devez déposer votre dossier de création d’entreprise afin de démarrer votre activité en toute légalité !

Vous pouvez vous rapprocher de votre Centre de Formalités des Entreprises (CFE) (https://www.economie.gouv.fr/entreprises/cfe-centre-formalites-entreprises) ou du greffe du tribunal de commerce afin de récupérer un modèle de statut type.

Étape 2 bis

Comment choisir le nom de mon commerce ?

Laissez libre cours à votre imagination… Dédiez un cahier à la recherche d’un nom pour votre commerce et notez tout ce qui vous passe par la tête.

L’idée est de choisir un nom qui vous plaît pourvu qu’il soit facile à retenir par votre clientèle.

Si vous envisagez de transformer le nom de votre enseigne en marque, faites une recherche d’antériorité auprès de l’INPI (www.inpi.fr) en prenant soin de bien choisir la ou les classes nécessaires à votre activité. Pensez également à voir si le nom de votre commerce peut se prêter à la création d’un site Internet en effectuant une recherche de nom de domaine.

monde epicerie fine

Étape 3

Business plan : comment bien le rédiger ?

Déjà, un business plan, qu’est-ce que c’est ? « Le business plan ou « plan d’affaire » est le document qui détaille, lors de la création ou de la reprise d’une entreprise, l’ensemble du projet ainsi que l’évolution attendue de l’entreprise et de son activité, durant les premières années de son existence » (source : site web du Ministère de l’économie des finances et de la relance).

Cette étape est tout aussi importante que l’étude de marché. Le business plan vous permet de faire des demandes de prêt auprès des banques. Il fait état de votre projet. Plus il est complet, réaliste et réalisable, plus vous mettez de chance de votre côté.

Les points indispensables à détailler dans un business plan :

· Le contexte de l’activité, son environnement,

· Les cibles et leurs besoins identifiés,

· La stratégie globale mise en œuvre,

· L’équipe, en premier lieu les personnes dédiées au management,

· Le mode de financement du projet,

· Le plan d’évolution prévu,

· Le retour sur investissement attendu.

Faire appel à un expert-comptable pour le budget prévisionnel, notamment si vous n’êtes pas à l’aise avec les chiffres peut être un plus.

Il vous conseille, vous oriente, évalue la viabilité du projet et vous aide à l’optimiser au mieux et à le repenser si besoin.

De plus, hormis pour la micro-entreprise qui ne nécessite pas d’expert-comptable (car elle a des obligations comptables allégées), il est fortement conseillé de faire appel à un professionnel pour tenir votre comptabilité et procéder aux formalités diverses liées à votre entreprise, bien que cela ne soit pas obligatoire.

monde epicerie fine

Étape 4

Comment je trouve mon local ?

Grâce à votre prévisionnel financier, vous savez maintenant quelle est votre enveloppe budgétaire pour trouver votre local. Vous avez également déterminé le montant maximum dédié à d’éventuels travaux mais aussi à la décoration et à l’équipement de votre commerce (réfrigérateurs, caisses enregistreuses, stocks de départ, etc.).

Vos recherches peuvent alors commencer !

Rapprochez-vous de votre mairie, des agences immobilières présentes dans et autour de votre commune de recherche. Vous pouvez aussi réaliser ces recherches en ligne sur des sites comme www.pointdevente.fr/ ou www.leboncoin.fr/.

En fonction de votre ville d’investigation, vos recherches peuvent être plus ou moins longues et c’est normal, d’autant plus si vous cherchez un local en centre-ville.

À savoir : de nombreux locaux sont situés dans des zones classées. Cela veut dire que si vous voulez effectuer des travaux au niveau de la devanture ou tout simplement installer une enseigne lumineuse et/ou une vitrophanie, vous devez en faire la demande auprès des architectes de France (ABF). Le dossier est à retirer et à déposer dans la mairie de la commune concernée par le projet. Les délais de réponse peuvent facilement s’étendre à deux mois. De plus, votre dossier peut bien sûr être refusé et des aménagements peuvent être demandés pour réexamen du dossier et enfin validation.

monde epicerie fine

Étape 5

Le sourcing : comment trouver des produits de qualité correspondant à mon offre ?

Constituer votre gamme est une étape primordiale ! Offre bio, haut de gamme, régionale, plus sucrée, plus salée, avec ou sans cave, thé, café… Vous avez identifié votre cible et ses attentes.

Faites les salons professionnels, comme Les Épicures de l’épicerie fine (https://epicures.monde-epicerie-fine.fr/), afin de rencontrer de nombreux producteurs, partenaires mais aussi épiciers fins.

Allez à la rencontre de producteurs « connus », plus facile au démarrage, ou les producteurs installés dans votre département. Déplacez-vous aussi dans d’autres épiceries fines.

L’idée est de vous constituer une « base solide » de références et de réadapter votre gamme au fur et à mesure grâce aux retours de vos clients notamment.

Nous reviendrons sur la partie sourcing plus en détails dans la partie 2 de cette enquête qui traitera des cinq prochaines étapes à réaliser avant le grand jour, celui de votre ouverture !

Et au fait, je me forme ou pas ?

La loi n’exige pas de formation spécifique ou de diplôme pour être épicier fin. Cependant, le Centre de Formation des Épiciers de France (https://monde-epicerie-fine.fr/la-formation-professionnelle-des-epiciers/) propose différentes formations plus ou moins longues axées sur le métier ou sur des notions spécifiques importantes telles que l’hygiène, la législation, la théâtralisation des rayons, etc.

Laura Margis
Restez informés !

Recevez en avant-première toute l’actualité du secteur.